SAUVETAGE

Des chiens en cellules en Seine et Marne

Une semaine au moins à l’abandon : pas de nourriture, pas d’eau, une chaleur étouffante et les bruits du dehors qui parviennent assourdis, sans jamais que la porte s’ouvre, que le cauchemar finisse… Ils étaient quatre chiens dans un mobil home de Villevaudé. Trois seulement ont pu être sauvés par l’équipe de la Fondation Assistance aux Animaux, envoyée sur place à la demande de la mairie, alertée par un coup de fil anonyme.

Au fond de la ruelle Chauvet à Villevaudé en Seine-et-Marne, la vie est rude pour les riverains comme pour leurs animaux et on s’occupe peu de ce que font les voisins. Mais ce 18 septembre, un des habitants décide de sortir du silence : devant l’un des mobil homes voisins, il vient de repérer le cadavre d’un chien. Et à l’intérieur du module, il s’aperçoit qu’il y a trois autres chiens, seuls, désemparés et sans doute en sursis. Pas la moindre trace de présence humaine. Il appelle la mairie et demande de l’aide. Ce sont donc les spécialistes de la Fondation Assistance aux Animaux, accompagnés par la police judiciaire, qui interviennent.

Des traces de coups

C’est l’été indien et il fait une chaleur tout à fait suffocante, inhabituelle pour la saison. Une jeune chienne gît en effet à proximité du mobil home, sans vie. Elle est sans doute morte à l’intérieur, enfermée avec ses compagnons de détresse et son cadavre a vraisemblablement été jeté au sol sans plus de cérémonie lors d’une visite éclair du locataire des lieux. Il n’habite pas régulièrement le mobil home de Villevaudé, disposant ailleurs du même type d’habitat. Pas de fenêtre ouverte, pas de voie d’accès praticable : il faut défoncer la porte pour libérer les trois chiens prisonniers.

A l’intérieur, l’odeur est insoutenable et les sauveteurs sont obligés de porter des masques pour poursuivre leur mission. Un petit croisé Fox, 6 mois à peine, un croisé Braque de 2 ans et un ratier du même âge pataugent dans leurs déjections. Pas de nourriture, pas d’eau, pas d’air. Ils sont couverts de puces, portent des traces de coups, souffrent de diarrhée et de gale auriculaire. Tous trois sont terrifiés… et affamés. Au point que, vision d’apocalypse, ils tentent de se précipiter sur le cadavre de la chienne pour le dévorer lorsqu’on les extrait de leur prison insupportable. Enfin on les abreuve et on leur sert des croquettes qu’ils avalent en un clin d’œil, inquiets de s’en voir privés d’un instant à l’autre.

Jack, Black et Jim

Dans le mobil home, abandonnés eux aussi, sept poissons dans un aquarium à l’eau chaude et croupie : leurs sauveteurs qui n’ont rien prévu pour eux faute d’être avertis de leur existence, les « pêchent » à l’aide d’une casserole et les emmènent dans une trousse à outils trouvée sur place !

Arrachés à leur enfer, les chiens sont conduits chez le vétérinaire qui dresse la liste de leurs misères. Tous présentent les mêmes symptômes : puliculose, gale, troubles du transit, griffes non usées (signe de vie à l’attache). On les baptise dans l’urgence pour établir les certificats vétérinaires. Jack le croisé Fox pèse 2,4 kg au lieu des 4 qui garantiraient sa bonne santé. Black le Braque accuse 9,7 kg sur la balance au lieu des 16 souhaités… Et Jim le ratier fait 6 kg au lieu de 8. Tous sont craintifs car aucunement socialisés… Direction le refuge d’Assistance aux Animaux à Villevaudé pour un avenir meilleur !

Pour les trois rescapés, les employés du refuge et les bénévoles sortent le grand jeu. Bain, toilettage et soins d’hygiène réguliers rendent une apparence agréable à leur pelage tandis que les repas fragmentés pour ne pas encombrer leur estomac rétréci font peu à peu disparaître les côtes apparentes et les os pointus du bassin. Caresses, manipulations, marche en laisse sont les exercices quotidiens qui leur ouvriront la voie de l’adoption. Les voici tatoués : Jack et Black, remis d’aplomb, ont déjà trouvé un foyer. Jim a besoin de plus de temps pour cesser d’avoir peur de tout, mais il est sur la bonne voie. Les poissons ont quant à eux rejoint le bassin du refuge, devenu leur océan de bonheur. Une plainte pour mauvais traitements a été déposée.

Aidez la Fondation ! Les animaux ont besoin de vous

N'achetez pas d'animaux ! Adoptez

Adopter un animal

Vous ne pouvez pas m'adopter... parrainez-moi !

Parrainer

Le magazine de la fondation

"La Voix des bêtes" est une revue bimestrielle qui soutient les objectifs de la protection animale.

La Voix des bêtes

Elle propose à ses lecteurs des informations sur l’actualité du monde animal, les textes de lois, les conseils du vétérinaire, les livres parus, le courrier des lecteurs et des dossiers sur des sujets particuliers.