ENQUÊTE

Heureusement pour Narco, tout juste âgé de 4 mois, il a pu être secouru à temps…

Malgré des températures négatives et son jeune âge, le petit chiot vivait reclus dans la cour du logement, sans abri, nourriture, ni rien pour se protéger des intempéries.

Comme si cela ne suffisait pas, le détenteur de Narco est également aperçu à plusieurs reprises en train de cogner sur le chiot à coups de pieds et de poings, provoquant les hurlements déchirants de ce petit chiot terrorisé.

Fort heureusement, c’est l’intervention rapide de la gendarmerie et de la Fondation Assistance aux Animaux qui permettra de le mettre à l’abri.

Visiblement, Narco n’était pas la première victime du propriétaire maltraitant par ailleurs bien connu des services de police. Son précédent chien était lui aussi victime de ses excès de violence. Subissant des coups de pieds réguliers, il allait parfois jusqu’à le projeter au-dessus de la clôture.

Fini la peur 

C’est un bébé apeuré et tremblant qui sera pris en charge par la Fondation. Terrifié par la présence de son détenteur, il lui faudra de longues minutes de caresses et de bonnes paroles pour qu’il cesse de trembler et commence à timidement remuer la queue. Quelques heures plus tard, et après avoir lutté contre le sommeil comme s’il avait peur de dormir, il finira par comprendre qu’il est en sécurité, puis par s’assoupir dans la veste de notre enquêteur qui n’aura pas le cœur de le réveiller.

Maigre, choqué, parasité et portant des traces de coups, Narco sera conduit en sécurité dans un des refuges de la Fondation.

Fini la violence, la peur, la crainte de voir les coups pleuvoir et meurtrir son corps de bébé sans pouvoir ni se défendre, ni s’enfuir. Après avoir connu le pire de l’homme, Narco va en découvrir le meilleur.

La Fondation a déposé plainte en acte de cruauté contre son propriétaire et espère obtenir une interdiction définitive de détenir des animaux afin que plus aucun chien ne devienne son souffre-douleur.